Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/06/2011

Alain Duhamel viré de RTL

alain duhamel

J'ai pris la décision de le congédier hier soir à 22h34. Je lui reproche de n'avoir pas su évoluer, de dire toujours la même chose, et d'avoir la même coiffure depuis 1968. De plus il n'a jamais été désigné langue de vipère en plus de cent trente participations à l'émission On refait le monde. Ce qui est une faute professionnelle.

Je lui reproche d'avoir trop d'expérience comme on reproche à un jeune de n'en avoir pas assez.

Je l'ai pris en flagrant délit de répétition. Il a répété 56 fois la même phrase en deux semaines, et utilisé 37 fois le même argument. En tant qu'auditeur de RTL, je ne peux l'accepter.

Ses éditos ont le même ton et le même rythme que ceux qu'il écrivait en 1978. D'ailleurs il se croit toujours en 1978. Il croit que Giscard est encore président de la République. Bien sûr il a entendu dire que Sarkozy a été élu en 2007. Mais il n'y croit pas une seconde. Pour lui le président c'est Giscard. Et le Premier ministre ce n'est pas du tout François Fillon, mais Raymond Barre. Et la prochaine élection aura lieu en 1981. Et pas du tout comme on essaie de nous le faire croire en 2012. RTL qui est une radio moderne ne pouvait pas garder un éditorialiste qui a 30 ans de retard. Et qui est coiffé comme en 1952.

Ses éditos me font penser aux actualités en noir et blanc d'après-guerre. Alain Duhamel est un homme du passé. Il vit dans un monde peuplé de R16, de DS, et de Renault 5 GTL. Il paye son café et son pain en euros, mais il a encore dans son porte-monnaie une pièce de 5 francs et de 10 francs. L'autre jour, pour payer son billet de train Paris-Cabourg, il a sorti un billet de 500 francs avant de se raviser et de faire un chèque de 315 francs. Ce chèque ayant été refusé par la guichetière, il en a fait un autre rédigé en euros. Il n'a pas de carte bleue car dans les années 70 ça n'existait pas. A son domicile il a deux téléphones fixes. Un blanc avec des touches et un gris avec cadran. Alain Duhamel vit dans les années Giscard. Pour lui Mai 68 est un événement récent et Françoise Giroud une excellente consoeur qu'il a croisée hier après-midi boulevard Saint-Germain.

Comme on le dit d'un enfant, c'est un éditorialiste modèle. Il n'a jamais braqué une banque, il n'a jamais rien fait d'illégal. Il est toujours resté dans les clous. Il n'a jamais commis le moindre écart de conduite ou de langage. Il n'a jamais volé de disques à Prisunic quand il était jeune. Il est poli. Il n'a jamais insulté sa concierge, ni battu son chien. Une fois, le 17 mars 1970, alors qu'il était de mauvaise humeur après avoir perdu un match de tennis contre son cousin, il a dit zut à un automobiliste qui lui a fait une queue de poisson avenue de Versailles alors qu'il se rendait à la Maison de la Radio pour animer un débat entre Maurice Couve de Murville et Jacques Chaban-Delmas. Il n'est ni raciste, ni gauchiste. Il n'a jamais voté Front national, et il est contre la peine de mort.

De plus il s'appelle Alain comme Alain Barrière, et son frère Patrice comme Patrice Dominguez.

Dans ces conditions j'ai bien fait de lui signifier son licenciement. Je regrette juste de ne pas l'avoir viré plus tôt.

 

(photo)

18:00 Écrit par marronnier dans Médias, Radio | Tags : alain duhamel, rtl, giscard | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.