Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2011

Lits jumeaux

couple,sexualité,alain juppé

Ma femme prétend que le sexe est important pour cimenter un couple, pour le faire durer comme une messe de minuit. Je lui ai expliqué qu'au contraire il était une source permanente de conflits, de tensions, et qu'il ne fallait pas qu'elle se fasse d'illusions, que notre vie sexuelle serait par conséquent pauvre, triste, nos rapports rares, que nous n'allions pas gâcher notre vie conjugale avec ces histoires d'orgasme, de bite, d'introductions, que notre couple était au-dessus de ça, qu'il se porterait d'autant mieux que le sexe en serait banni, que nous n'aurions de rapports sexuels que pour nous reproduire, et encore, que le sexe est réservé aux obsédés qui ne peuvent pas s'en passer, que nous serions mieux sans enfants, que les enfants coûtent de l'argent, qu'elle devrait porter les robes de jeune fille de sa mère pour éviter d'en acheter d'autres, que nous dormirions mieux si nous dormions séparément, dans des lits jumeaux, que dorénavant nous ferions chambre à part, que notre couple serait un modèle de vertu, montré en exemple, que si le hasard faisait mal les choses et que nous avions une fille, nous lui interdirions d'avorter si elle venait à tomber enceinte, même si cet enfant était le fruit d'un viol.

- Tu plaisantes ?

- Non. Et ce n'est pas fini.

- J'en ai assez entendu.

- Tu vas m'écouter quand même.

- Non, Charles-Edouard, c'est toi qui vas m'écouter. Je savais que tu avais des principes auxquels tu refuses de déroger, que tu étais issu d'une famille catholique pratiquante, que le sexe n'avait jamais occupé une grande place dans ta vie, et dans ton slip, que tu refusais de faire l'amour le dimanche matin, que tu bénissais le pain avant chaque repas, que si tu ne m'avais pas rencontrée tu serais entré dans les ordres, au séminaire comme François Léotard, que tu avais reçu une éducation religieuse stricte, mais tu pourrais revoir tes principes, revenir sur certaines de tes décisions, évoluer, faire le ménage dans ta tête de catholique borné, tu es fermé comme une huître, rien ni personne ne peut te faire changer d'avis, tes opinions ne fluctuent jamais, tu es droit dans tes bottes comme Alain Juppé, têtu comme une mule, buté comme un âne, intraitable, raide, tu as des oeillères, comme les chevaux, tu fuis le débat contradictoire, avec toi les femmes n'ont pas droit à la parole, tu te crois encore au Moyen-Age, si tu pouvais tu me demanderais de porter le voile, tu m'enfermerais dans un placard à balais, je ne verrais jamais la lumière du jour, tu m'apporterais du pain sec et de l'eau, tu me traiterais comme un otage au Liban, comme une esclave, (...) , tu me réduirais au silence, tu me frapperais à coups de ceinturon, tu me couperais la langue et la tête.

- Oui, et alors ? Je ne vois pas où est le problème.

 

(Photo)

09:00 Écrit par marronnier dans Fiction, Littérature | Tags : couple, sexualité, alain juppé | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |