Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/06/2011

Alain Duhamel viré de RTL

alain duhamel

J'ai pris la décision de le congédier hier soir à 22h34. Je lui reproche de n'avoir pas su évoluer, de dire toujours la même chose, et d'avoir la même coiffure depuis 1968. De plus il n'a jamais été désigné langue de vipère en plus de cent trente participations à l'émission On refait le monde. Ce qui est une faute professionnelle.

Je lui reproche d'avoir trop d'expérience comme on reproche à un jeune de n'en avoir pas assez.

Je l'ai pris en flagrant délit de répétition. Il a répété 56 fois la même phrase en deux semaines, et utilisé 37 fois le même argument. En tant qu'auditeur de RTL, je ne peux l'accepter.

Ses éditos ont le même ton et le même rythme que ceux qu'il écrivait en 1978. D'ailleurs il se croit toujours en 1978. Il croit que Giscard est encore président de la République. Bien sûr il a entendu dire que Sarkozy a été élu en 2007. Mais il n'y croit pas une seconde. Pour lui le président c'est Giscard. Et le Premier ministre ce n'est pas du tout François Fillon, mais Raymond Barre. Et la prochaine élection aura lieu en 1981. Et pas du tout comme on essaie de nous le faire croire en 2012. RTL qui est une radio moderne ne pouvait pas garder un éditorialiste qui a 30 ans de retard. Et qui est coiffé comme en 1952.

Ses éditos me font penser aux actualités en noir et blanc d'après-guerre. Alain Duhamel est un homme du passé. Il vit dans un monde peuplé de R16, de DS, et de Renault 5 GTL. Il paye son café et son pain en euros, mais il a encore dans son porte-monnaie une pièce de 5 francs et de 10 francs. L'autre jour, pour payer son billet de train Paris-Cabourg, il a sorti un billet de 500 francs avant de se raviser et de faire un chèque de 315 francs. Ce chèque ayant été refusé par la guichetière, il en a fait un autre rédigé en euros. Il n'a pas de carte bleue car dans les années 70 ça n'existait pas. A son domicile il a deux téléphones fixes. Un blanc avec des touches et un gris avec cadran. Alain Duhamel vit dans les années Giscard. Pour lui Mai 68 est un événement récent et Françoise Giroud une excellente consoeur qu'il a croisée hier après-midi boulevard Saint-Germain.

Comme on le dit d'un enfant, c'est un éditorialiste modèle. Il n'a jamais braqué une banque, il n'a jamais rien fait d'illégal. Il est toujours resté dans les clous. Il n'a jamais commis le moindre écart de conduite ou de langage. Il n'a jamais volé de disques à Prisunic quand il était jeune. Il est poli. Il n'a jamais insulté sa concierge, ni battu son chien. Une fois, le 17 mars 1970, alors qu'il était de mauvaise humeur après avoir perdu un match de tennis contre son cousin, il a dit zut à un automobiliste qui lui a fait une queue de poisson avenue de Versailles alors qu'il se rendait à la Maison de la Radio pour animer un débat entre Maurice Couve de Murville et Jacques Chaban-Delmas. Il n'est ni raciste, ni gauchiste. Il n'a jamais voté Front national, et il est contre la peine de mort.

De plus il s'appelle Alain comme Alain Barrière, et son frère Patrice comme Patrice Dominguez.

Dans ces conditions j'ai bien fait de lui signifier son licenciement. Je regrette juste de ne pas l'avoir viré plus tôt.

 

(photo)

18:00 Écrit par marronnier dans Médias, Radio | Tags : alain duhamel, rtl, giscard | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/06/2011

Michel Drucker, dégage !

michel drucker,robert ménard,éric zemmour,aurélie trouvé,europe 1

J'accuse Michel Drucker de polluer le paysage audiovisuel français depuis 1965. J'accuse Denis Olivennes de lui avoir confié une nouvelle émission quotidienne à la rentrée prochaine sur Europe 1. Michel Drucker est un pot de colle, une tache de vin rouge qui ne part pas même après plusieurs lessives. Il refuse de partir, de céder sa place. Il s'accroche à son fauteuil comme une moule à son rocher. J'aurais préféré qu'on n'en arrive pas à de telles extrémités, mais il ne nous laisse pas le choix. Je propose qu'on le séquestre chez lui. Dans son immense appartement du 7e arrondissement. Qu'on l'enferme à double tour et qu'on mette des gardes armés au pied de son immeuble pour l'empêcher de s'évader. Qu'on lui fasse payer une amende par jour de travail effectué au-delà de 68 ans. Qu'on l'arrête à la sortie du Studio Gabriel et qu'on lui mette les menottes. Quand on lui aura notifié ses droits, qu'on le foute au trou pendant une semaine pour lui remettre les idées en place. Ensuite qu'on l'envoie dans sa maison du Lubéron où il sera forcé de couler des jours heureux avec Dany Saval et dont il ne pourra sortir que pour faire trois fois le tour du village sur son vélo de course.

Qu'est-ce que ses employeurs attendent pour le mettre au placard ? Michel Drucker est un produit périmé, un fruit pourri, un yaourt dont la date de péremption est dépassée, on devrait le jeter dans une benne comme un vieil ordinateur, une vieille machine à écrire, un vieux dictaphone.

Qu'est-ce qu'une société qui donne la parole à Michel Drucker et qui fait taire Robert Ménard et Eric Zemmour ? Les thèses de Robert Ménard posent problème à RTL. Moi ce sont les pubs de RTL qui me posent problème. C'est la bêtise abyssale de Cyril Hanouna et la beaufitude de Christophe Pacaud qui me posent problème. C'est le politiquement correct d'Europe 1 qui me pose problème. Le conformisme gauchiste de France inter. Le conformisme de droite qui n'accepte pas que des hommes s'enculent dans une backroom. La police de la pensée incarnée par Pascale Clark et Caroline Fourest. Ce sont ceux qui violent les femmes de chambre tout en donnant des leçons à la terre entière qui me posent problème. C'est le faux rebelle Franz-Olivier Giesbert alors que c'est un grand bourgeois qui me pose problème. C'est le sourire niais de Jean-Baptiste Boursier sur i-Télé. C'est la chemise blanche de BHL. C'est la vulgarité de Morandini et la longévité de Michel Drucker.

Cette société est pourrie de l'intérieur, tout le monde perçoit des pots-de-vin. Il faudrait la faire exploser comme une tour.

Née en 1979, Aurélie Trouvé est coprésidente d'Attac France. Je demande que cette femme soit élue présidente de la République.

 

(photo)

08/06/2011

Wanted : Alain Duhamel

alain duhamel,san-antonio,meurtre

Qui ? Alain Duhamel, journaliste politique né le 31 mai 1940 à Caen.

Pourquoi ? Parce qu'on l'entend depuis trop longtemps sur RTL. Parce qu'avant on l'entendait sur Europe 1. Parce qu'on l'a entendu sur Europe 1 pendant 25 ans. Parce qu'il était déjà là en 1970. Parce qu'il a animé le débat entre Giscard et Mitterrand en 1974 avec Jacqueline Baudrier. Parce qu'on l'a assez vu. Parce qu'il souhaite l'innocence de DSK et qu'il est un ami d'Anne Sinclair. Parce qu'il a un air de premier communiant. Parce qu'il est centriste. Parce qu'il est mou, lisse, propre sur lui. Pour toutes ces raisons, il faut lui régler son compte, le faire disparaître du PAF, le rayer définitivement des tablettes.

Où ? Rue Bayard, à la sortie de RTL.

Quand ? Un soir après l'émission On refait le monde, ou un matin après sa chronique de 7h45.

Comment ? Avec une carabine 22 long rifle, un couteau de boucher ou un 357 Magnum. De quinze coups de couteau dans le ventre, d'une balle dans la nuque, ou de trois balles dans la tête. Variante : deux coups de fusil de chasse à bout portant.

L'assassin ? Un jeune journaliste qui veut prendre sa place, un skinhead, ou un tueur professionnel.

 

alain duhamel,san-antonio,meurtre

alain duhamel,san-antonio,meurtre

 

 

(illustration)

(photo)

18:00 Écrit par marronnier dans Médias, Radio | Tags : alain duhamel, san-antonio, meurtre | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

02/06/2011

Une femme à abattre : Wendy Bouchard

wendy bouchard,europe 1

Je déclare Wendy Bouchard coupable d'omniprésence dans les médias. Il faut stopper sa marche en avant. Il faut que sa carrière se brise comme une vague sur un rocher. C'est une cumularde. Elle travaille sur Europe 1, France 2 et TF1. C'est la première fois qu'un animateur travaille à la fois sur une chaîne privée et sur le service public. Cette femme est une opportuniste, elle bouffe à tous les râteliers. Elle a même passé des essais dans le plus grand secret pour présenter le Soir 3, n'échouant qu'au tout dernier moment. Elle tuerait père et mère pour avoir un bon poste. Elle est prête à tout pour causer dans le poste et montrer sa tête blonde à la télé. Même à coucher avec le directeur de l'information ou le standardiste dont la mère est la cousine germaine du patron. Une arriviste, je vous dis. Méfiez-vous d'elle comme de la peste. Si vous vous mettez en travers de sa route, elle n'hésitera pas à vous rouler dessus, à vous écraser avec sa Mini Cooper décapotable.

Elle présente le 22-23 sur Europe 1 en semaine, et le samedi, quand Frédéric Taddeï est en vacances, elle a le toupet de présenter Le débat des grandes voix à sa place. Elle remplaçait déjà Marie Drucker quand elle le pouvait. Elle est même là le dimanche car elle ne lâche jamais le micro. Une émission culinaire avec Jean-Luc Petitrenaud à midi. Elle présente cette émission de peur qu'une autre la présente à sa place.

Elle traîne dans les couloirs d'Europe 1 jour et nuit.

Cette situation n'a que trop duré. Il est temps d'y mettre fin. Elle a assez jacassé comme ça. Il faut lui couper le micro. Lui clouer le bec. Cette intrigante mérite d'être privée définitivement d'antenne.

On prendra les mesures qui s'imposent. On lui mettra un sparadrap sur la bouche pour l'empêcher de parler. On lui interdira de s'approcher à moins de cent mètres d'une station de radio, même associative. On lui retirera son badge et on gèlera son salaire. Si elle se rebiffe, on lui déchirera sa carte de presse. Mais on ne s'en tiendra pas là.

Il faudra bien qu'un jour ou l'autre elle rende des comptes. Suite à la plainte d'une pigiste de France inter, elle sera interrogée dans les locaux de la police judiciaire avant d'être déférée devant un juge qui la mettra en examen pour vol d'émissions, prise illégale d'antenne et concurrence déloyale.

Son procès durera plusieurs semaines. Le verdict sera sans appel. Elle sera condamnée à finir sa carrière au Courrier picard où elle sera chargée de la rubrique faits-divers.

 

(photo)