Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2012

Rapprochements

brice teinturier,brice couturier

Brice Teinturier

brice teinturier,brice couturier

Brice Couturier

18:00 Écrit par marronnier dans Cinécinéma, Livres, Médias | Tags : bricecouturier, bicyclette | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

30/09/2011

Il va falloir revoir votre copie, M. Baron

plagiat

Je suis journaliste et écrivain depuis vingt-cinq ans, et je n'ai pas écrit une ligne de mes articles et de mes romans. Je préfère piocher dans les textes des autres, c'est moins fatigant. Je reprends des paragraphes entiers d'articles de confrères que je n'ai jamais vus, ou que je connais très bien. J'évite de reprendre un article trop récent. Et, sauf exception, je ne recopie jamais un papier de mon journal. Ou alors je change le titre, la photo, et le nombre de colonnes. La plupart du temps, ils ne s'aperçoivent de rien. Quand ils découvrent la supercherie, ils téléphonent pour avoir une explication. Je leur dis qu'il doit s'agir d'une erreur, ou d'une simple coïncidence. Nous avons écrit le même édito sans le vouloir. Nous avons eu les mêmes idées, et nous les avons exprimées avec les mêmes mots. Les grands esprits se rencontrent. Ou alors c'est un phénomène surnaturel. J'ai été victime d'une transmission de pensée. Vous m'avez transmis votre pensée comme un virus.

Quand ils ne me croient pas, je leur fais livrer une pizza pour m'excuser. Si c'est une femme, une boîte de chocolats. Certains refusent mes cadeaux, et envoient une lettre de protestation à mon patron. Il ne doit pas les lire, car il ne m'a jamais fait la moindre remarque.

Pour mes romans, je choisis des écrivains morts qui ne peuvent pas m'attaquer pour plagiat. Les phrases de mon dernier roman sont de Proust et Mallarmé. Le dernier chapitre est de François Mauriac, et la première phrase est un vers de Lamartine. Un autre de mes romans a été entièrement écrit par Hervé Bazin. Il est mort pendant la rédaction du livre. Pour donner du relief au récit, entre deux chapitres de Vipère au poing, j'ai intercalé des phrases de Marguerite Duras tirées de Hiroshima mon amour, et des passages de Bonjour tristesse de Françoise Sagan. Le texte n'est pas très fluide, il provoque des maux de tête et des douleurs au ventre comme un plat trop lourd. Mais les critiques aiment les textes difficiles. Ils préfèrent les histoires complexes auxquelles on ne comprend rien, aux histoires simples cousues de fil blanc.

Des journalistes perspicaces ont trouvé des points communs avec le roman d'Hervé Bazin. Certains ont même parlé de plagiat. D'autres ont comparé mon écriture à celle de Marguerite Duras. On a parlé de moi comme le nouveau Claude Simon. Ou la nouvelle Sagan.

J'ai expliqué que sans moi le roman serait tombé dans l'oubli. Que plus personne ne le lisait, et que j'avais réussi à le remettre au goût du jour. On ne peut pas me reprocher d'avoir modernisé un roman qui était en train de pourrir au fond d'une malle et qui prenait la poussière sur les rayons des bibliothèques.

- Je l'ai dépoussiéré.

J'ai plaidé l'écriture inconsciente, automatique. Comme si le texte que j'avais lu adolescent était resté imprimé dans ma mémoire et que je l'avais recraché in extenso sans m'en apercevoir. Mais on ne m'a pas cru. Alors j'ai changé de stratégie de défense. J'ai parlé d'un exercice de style, d'un roman expérimental. D'un procédé littéraire très connu au Japon.

J'ai toujours triché. Bébé, je faisais croire à ma mère que c'est moi qui criais, alors que c'était le chien du voisin. Au bac j'ai eu une très bonne note en philo, mais le sujet avait déjà été proposé l'année précédente dans une autre académie, et j'avais les annales du bac avec les sujets corrigés sur la table. Le surveillant était sourd et aveugle, et l'autre passait son temps à regarder par la fenêtre. Je ne suis pas l'auteur de mes lettres, ni de mes cartes postales. Je copie sur mes voisins de table, de sable, ou sur mes amis en vacances avec moi au Club Med. Ou je recopie celles que j'ai reçues.

Je procède avec mes lettres d'amour comme avec mes romans. Je pille la correspondance des grands écrivains. Les lettres envoyées à ma femme au début de notre idylle sont celles de George Sand à Alfred de Musset. Je lui ai aussi envoyé des lettres de Balzac à Madame Hanska. Même des lettres de mon père à ma mère, même si elles sont moins bien écrites. A mes amis, j'envoie des lettres de Voltaire, de Flaubert, de Diderot. A ma maîtresse, des vers de Racine et de Molière. Elle est infirmière, elle connaît mal ses classiques, et me prend pour un poète.

J'ai toujours prétendu que j'avais inventé la recette de la tarte aux kiwis que je prépare le dimanche, alors que je l'ai lue dans un livre de cuisine.

Quand j'ai vendu ma télé sur eBay, j'ai recopié l'annonce d'un type qui vendait la même. Le message de mon répondeur n'est pas de moi. Si vous appeliez le portable de mon avocat, vous entendriez le même. Ma phrase de présentation sur un site de rencontres, est une phrase tirée au hasard dans un roman de Modiano. Même mon CV, ce n'est pas moi qui l'ai écrit. Je ne suis pas né en 1950 à Levallois, et je n'ai jamais fait le CFJ.

- J'ai copié le CV d'un journaliste du Nouvel Obs.

Et j'ai bien fait, car ce n'est pas avec mon CAP de charcutier, que j'aurais décroché un stage à France-Soir.

 

(photo)

29/06/2011

Alain Duhamel viré de RTL

alain duhamel

J'ai pris la décision de le congédier hier soir à 22h34. Je lui reproche de n'avoir pas su évoluer, de dire toujours la même chose, et d'avoir la même coiffure depuis 1968. De plus il n'a jamais été désigné langue de vipère en plus de cent trente participations à l'émission On refait le monde. Ce qui est une faute professionnelle.

Je lui reproche d'avoir trop d'expérience comme on reproche à un jeune de n'en avoir pas assez.

Je l'ai pris en flagrant délit de répétition. Il a répété 56 fois la même phrase en deux semaines, et utilisé 37 fois le même argument. En tant qu'auditeur de RTL, je ne peux l'accepter.

Ses éditos ont le même ton et le même rythme que ceux qu'il écrivait en 1978. D'ailleurs il se croit toujours en 1978. Il croit que Giscard est encore président de la République. Bien sûr il a entendu dire que Sarkozy a été élu en 2007. Mais il n'y croit pas une seconde. Pour lui le président c'est Giscard. Et le Premier ministre ce n'est pas du tout François Fillon, mais Raymond Barre. Et la prochaine élection aura lieu en 1981. Et pas du tout comme on essaie de nous le faire croire en 2012. RTL qui est une radio moderne ne pouvait pas garder un éditorialiste qui a 30 ans de retard. Et qui est coiffé comme en 1952.

Ses éditos me font penser aux actualités en noir et blanc d'après-guerre. Alain Duhamel est un homme du passé. Il vit dans un monde peuplé de R16, de DS, et de Renault 5 GTL. Il paye son café et son pain en euros, mais il a encore dans son porte-monnaie une pièce de 5 francs et de 10 francs. L'autre jour, pour payer son billet de train Paris-Cabourg, il a sorti un billet de 500 francs avant de se raviser et de faire un chèque de 315 francs. Ce chèque ayant été refusé par la guichetière, il en a fait un autre rédigé en euros. Il n'a pas de carte bleue car dans les années 70 ça n'existait pas. A son domicile il a deux téléphones fixes. Un blanc avec des touches et un gris avec cadran. Alain Duhamel vit dans les années Giscard. Pour lui Mai 68 est un événement récent et Françoise Giroud une excellente consoeur qu'il a croisée hier après-midi boulevard Saint-Germain.

Comme on le dit d'un enfant, c'est un éditorialiste modèle. Il n'a jamais braqué une banque, il n'a jamais rien fait d'illégal. Il est toujours resté dans les clous. Il n'a jamais commis le moindre écart de conduite ou de langage. Il n'a jamais volé de disques à Prisunic quand il était jeune. Il est poli. Il n'a jamais insulté sa concierge, ni battu son chien. Une fois, le 17 mars 1970, alors qu'il était de mauvaise humeur après avoir perdu un match de tennis contre son cousin, il a dit zut à un automobiliste qui lui a fait une queue de poisson avenue de Versailles alors qu'il se rendait à la Maison de la Radio pour animer un débat entre Maurice Couve de Murville et Jacques Chaban-Delmas. Il n'est ni raciste, ni gauchiste. Il n'a jamais voté Front national, et il est contre la peine de mort.

De plus il s'appelle Alain comme Alain Barrière, et son frère Patrice comme Patrice Dominguez.

Dans ces conditions j'ai bien fait de lui signifier son licenciement. Je regrette juste de ne pas l'avoir viré plus tôt.

 

(photo)

18:00 Écrit par marronnier dans Médias, Radio | Tags : alain duhamel, rtl, giscard | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/06/2011

BHL, BHV ?

bhl,jacques attali,luc ferry,nietzsche,philosophie

Je pense que BHL est la pire ordure que la terre ait jamais portée. C'est le type le plus arrogant, le plus hautain qui existe. Il est pire que Jacques Attali, qui est pourtant le type le plus vaniteux et le plus arrogant depuis l'apparition de l'imprimerie en 1456.

BHL est persuadé qu'André Comte-Sponville ne lui arrive pas à la cheville, et que Luc Ferry est une croûte. D'autre part, il considère Michel Onfray comme un philosophe de seconde zone et Vincent Cespedes comme un penseur de troisième ordre doublé d'un jeune con. Si BHL et Attali étaient invités dans un débat. Ils se regarderaient dans les yeux pendant une heure sans parler. Il y aurait un silence de mort sur le plateau. Aucun ne s'abaisserait à débattre avec l'autre. Au bout d'une heure, ils se tourneraient le dos pour montrer à l'autre dans quelle estime il le porte. Le présentateur serait obligé de rendre l'antenne sans qu'aucun mot n'ait été prononcé.

- Cette émission est maintenant terminée. Je vous remercie de l'avoir suivie. A la semaine prochaine.

Les deux tiennent une chronique dans un grand hebdomadaire. BHL en dernière page du Point, et Attali en dernière page de L'Express.

Mais BHL dépasse Jacques Attali. Il dépasse Pascal, Platon, Aristote et Spinoza. Il se prend peut-être pour Descartes, ou Bergson, ou pour le surhomme décrit par Nietzsche. Dans Ainsi parlait Zarathoustra, Zarathoustra déclare : "L'homme est une corde tendue entre la bête et le Surhumain." Eh bien BHL est peut-être le Surhumain dont Zarathoustra nous annonce l'arrivée. BHL est peut-être l'Übermensch. J'ai bien peur qu'il n'en soit rien, et que BHL ne soit qu'une goutte d'eau dans un océan de philosophie.

- BHL est une fausse facture.

Il a fabriqué des faux livres comme on fabrique des faux billets. Il a fait croire à son éditeur qu'il écrivait des traités de philosophie. Alors qu'il n'y a pas plus d'idées dans ses livres, que de scènes de cul dans les livres d'Alain Badiou.

Vous aussi il vous a bernés. Il n'est pas celui que vous pensez. BHL est sophrologue ou dentiste dans un cabinet de la rue Lepic. Il se balade avec des faux papiers. Sous une fausse identité. Il a réussi à vous faire croire qu'il était un des plus grands philosophes du XXe siècle, et vous l'avez cru car vous êtes cons comme Cauet. Or il n'est pas plus philosophe que je suis ingénieur agronome.

BHL est un croisement entre Sartre et Bernard Montiel. Entre Hume et Eddie Barclay. Est-il un philosophe mondain ou un mondain philosophe ? Philosophe mondain, la place est déjà prise par Luc Ferry. En revanche, chez les mondains, pas un seul philosophe. Ni Stéphane Bern, ni Emmanuel de Brantes n'ont fait des études de philo. Il y avait un créneau à prendre. Il a inventé le concept du reporter de guerre en smoking.

Il se promène avec sa chemise blanche au milieu des débris et des décombres. Il constate les dégâts. Il arrive après le coup de feu. Il compte les morts comme on compte les points que rapporte un mot au Scrabble ou une bonne réponse à Questions pour un champion. Il dénonce les barbares avant de rentrer et de manger chez Lipp un steak tartare.

Il est contre les criminels de guerre et pour les soirées chez Castel.

BHL est un mirage, une illusion. Il n'a pas plus d'existence qu'une flaque d'eau dans le désert. Au mieux c'est un clown, au pire un fantôme.

Je le condamne à 50 ans de réclusion criminelle pour crimes contre la pensée.

 

(photo)

17:00 Écrit par marronnier dans Livres, Médias | Tags : bhl, jacques attali, luc ferry, nietzsche, philosophie | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |