Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2012

Vive le Sénégal !

Le président Abdoulaye Wade (bientôt 86 ans) qui reconnaît sa défaite dès le dimanche soir, avant même la proclamation définitive des résultats, avant même l'annonce officielle des résultats, qui dès le dimanche soir félicite son adversaire Macky Sall pour sa victoire, qui dès le dimanche soir appelle son adversaire pour le féliciter, alors je me pose la question : le Sénégal serait-il plus démocratique que la Côte d'Ivoire, et que les autres pays africains, tous les autres pays africains, le peuple sénégalais serait-il plus démocratique que le peuple ivoirien, les Sénégalais plus démocrates que les Ivoiriens, et donc la question : le Sénégal ne serait-il pas le pays d'Afrique le plus démocratique, la seule vraie démocratie en Afrique ?

En tout cas, Abdoulaye Wade (n'en déplaise à Jean-Luc Mélenchon), et j'en passe et des meilleurs, alors même si je ne connais rien l'Afrique, si je n'ai jamais mis les pieds

 

abdoulaye wade,sénégal,élection présidentielle

14/01/2012

Flaubert vote Bayrou

Le discours solennel empreint de gravité de François Bayrou après l'annonce de la perte de la dégradation de la note. au-dessus de la mêlée, n'accusant pas le seul Sarkozy, renvoyant tout le monde dos à dos, rejetant la faute sur tout le monde, la responsabilité de cet échec sur tous les gouvernements successifs sans exception. Appelant à l'union nationale, derrière un homme capable de rassembler, de fédérer, de réaliser une synthèse, de recoller les morceaux, de rabibocher les gens, de réconcilier tout le monde, de mettre une claque aux récalcitrants, aux insolents, et cet homme, de crise et de dette, c'est lui. l'homme de la grammaire des mots, du terroir. C'est peut-être un dictateur, un mégalo égo, unégoïste, unambitieux. Mais c'est son heure, il a l'Histoire avec lui, le vent de l'histoire dans le dos. Le contexte circonstances clignotants au vert, victoire. essai,             and et Chi

En outre, ce ne serait que justice et logique. Car élire un agrégé de lettres à la présidence de la France, c'est une tradition française. Une spécificité française. Une sorte d'exception culturelle que les Etats-Unis ne nous envient même pas, tant ils sont arriérés et incultes. François Bayrou, le nouveau Pompidou, agrégé lui aussi de lettres classiques.

gument

J'ai eu Marcel Proust hier au téléphone, il m'a affirmé vouloir apporter son précieux suffrage à François Bayrou, en raison de ses études de lettres, car, dit-il, il faut à la France, un président lettré.

Je suis d'accord avec Marcel Proust. Même Céline, qui n'est pourtant pas un modéré, dont les positions n'ont rien de molles, m'a avoué cette fois avoir l'intention de voter Bayrou. Car, dit-il, faut arrêter tous ces

roman, une ligne du Voyage, de Mort à crédit, ou qui le font croire grâce à des fiches astucieusement rédigées par d'éminents conseillers.

ploucs

 

(photo)

05/10/2011

Corinne Lepage y va pour emmerder Eva

eva joly,corinne lepage,écologie,élection présidentielle

- Qu'est-ce qu'elle vient m'emmerder, celle-là ?

- Elle veut me piquer des voix ?

- Dis quelque chose, Noël.

- Qu'est-ce que tu veux que je te dise ?

- Elle a décidé de nous faire chier, c'est tout.

- Elle veut te couper. L'herbe sous le pied.

- Siphonner ta réserve de voix, pour les transvaser du réservoir de gauche de ta 4L verte au réservoir de droite de sa Smart Fortwo.

- Garde ton sang-froid de Danoise née en Norvège. Reste froide comme une glace italienne, un verre de rosé avec des glaçons.

- Je ne suis pas danoise, et je déteste le vin blanc.

- Ne sois pas furieuse, verte de rage, respire profondément.

- Ce n'est pas la fin des haricots verts.

- Tu gagneras le match de la blonde contre la brune. De la juge contre l'avocate. De la vieille contre la jeune.

- Tu crois ?

- Mais oui, d'ailleurs si ça se trouve, tu la mettras en examen avant le premier tour.

- Pour avoir acheté des fleurs artificielles, et des pots en plastique.

- Elle sera obligée de se retirer.

 

(photo)

22/07/2011

Docteur Jean-Louis et mister Borloo

jean-louis borloo

Jean-Louis Borloo n'est pas fait d'un seul bloc. Jean-Louis Borloo est un disque, un 45 tours avec une face A et une face B. C'est une mixture.

- Un milk-shake vanille-fraise.

Un mélange entre Bernard Tapie et Alain Minc. C'est un avocat qui aurait lu Levinas, un trader qui aurait lu Spinoza. Borloo, c'est un footballeur qui aurait lu Hegel, un PDG qui aurait lu Modiano. C'est une tête de cadre sup dans un corps de philosophe, ou une tête d'écrivain dans un corps de directeur commercial. L'enfant de Jacques Séguéla et de Marguerite Duras. Il a une allure de clochard et de banquier.

- On dirait un SDF qui travaille à la BNP.

Il n'est pas net. C'est une créature complexe, étrange, mi-ange mi-démon, mi-clochard mi-cadre sup. C'est un commercial qui en veut, un animateur qui veut gagner du fric, des dollars, du pétrole, un patron qui veut faire du chiffre. Et en même temps c'est un clodo qui boit du vin et dort sur un banc gare de Lyon. C'est un vendeur et un sociologue. Un mélange de Columbo et de Sarkozy.

Il me fait penser à un directeur de supermarché pour qui tous les moyens sont bons pour augmenter le chiffre d'affaires de son magasin. Et en même temps à un chercheur au CNRS.

Il est à mi-chemin entre Aristote et François Pinault. Il ne sait plus où il habite. Il ne sait pas s'il habite Valenciennes, Paris ou Bordeaux. Il ne sait plus s'il s'appelle Jean-Louis ou Jean-Paul. S'il est marié avec Béatrice Schönberg ou Claire Chazal. S'il possède une Renault Laguna ou une Peugeot 607.

Il est tiraillé entre son envie de créer une boîte qui comptera au bout de 5 ans 15 000 salariés et sera cotée en Bourse, et son envie d'écrire un essai sur Descartes. Il veut faire du business, gagner des parts de marché, et en même temps rester allongé sur un banc tout l'après-midi dans les jardins du Palais-Royal ou sur l'herbe sur l'Esplanade des Invalides. Il veut tout écraser sur son passage, et en même temps, il s'en fout, il préfère boire un coup dans un bar de Pigalle.

D'un côté il veut être président de la République, et de l'autre président de l'amicale des buveurs de Suze. Il ne sait pas qui il est. C'est un winner, et en même temps un fumeur de joints à Amsterdam. Il passe des heures dans son bureau à potasser ses dossiers et à boire de la bière.

Il a embrassé NKM dans la cour d'honneur du ministère de l'Ecologie, boulevard Saint-Germain, pour la remercier de prendre sa place. Il a sabré le champagne quand il a appris que Fillon était nommé à Matignon à sa place. Il éclatera de joie s'il se présente à la présidentielle et qu'il est laminé au premier tour. Borloo fera la gueule, mais Jean-Louis poussera un ouf de soulagement. Borloo voulait aller à Matignon, mais pas Jean-Louis. Jean-Louis lui veut aller à Rio. Il veut vendre des Esquimaux sur la plage et baiser avec des Brésiliennes.

Il est perdu. Il est coupé en deux comme un court de tennis. Comme l'assistante d'un magicien. Borloo est écolo, et Jean-Louis alcoolo. Pendant que Borloo travaille huit heures par jour, Jean-Louis est à la buvette. Borloo est organisé et travailleur, Jean-Louis bordélique et paresseux. Jean-Louis Borloo est un mélange de Jean-Louis et de Borloo. Ce cocktail explosif rend les choses très compliquées dans sa tête. Borloo le pousse à se présenter, tandis que Jean-Louis le freine. Borloo est sarkozyste, Jean-Louis communiste. Du coup Jean-Louis Borloo est centriste. Poète libéral, socialiste de droite, gaulliste révolutionnaire. Catholique et athée. Clochard fortuné. Jean-Louis Borloo est une énigme qu'il n'a jamais réussi à résoudre. Un mystère qu'il n'a jamais réussi à percer.

Il lui arrive de réserver une chambre d'hôtel, et puis il décommande au dernier moment. Il change d'hôtel, comme d'autres de chemise. Il réserve un billet d'avion pour Bordeaux, et puis finalement il prend un train pour Lille. Il entre dans une boulangerie pour acheter une baguette, et il ressort avec un gâteau.

Une fois il a hésité pendant trois heures entre deux costumes Armani aux Galeries Lafayette. Finalement il est reparti avec une cravate Gucci. Il change plusieurs fois de portable par an, tant il ne sait pas quel modèle il préfère. Il lui arrive de changer de restaurant au milieu d'un repas. De changer d'avis entre le moment où il a repéré une chemise dans une vitrine et le moment où il entre dans le magasin. Des forces contradictoires cohabitent en lui. Il ne sait pas s'il préfère le bleu ou le vert. La politique ou la pêche. Il réserve un court de tennis au Racing, et il va jouer au squash à l'Aquaboulevard. Jean-Louis Borloo est un homme libre. Dont les convictions varient en fonction de la météo et du contexte.

Il peut très bien être candidat à la présidentielle, et se retirer deux jours avant le premier tour.

Quand il s'est marié avec Béatrice Schönberg, il a dit non au dernier moment. Il a fallu recommencer la cérémonie le lendemain.

 

 

(photo)