Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/02/2011

La Jaguar d'Anne Sinclair

dominique strauss-kahn,anne sinclair,françois hollande,ségolène royal

Quand un livre comparait le couple Hollande-Royal au couple Strauss-Kahn-Sinclair... Ca se lit comme un roman, ça se déguste comme un cake aux amandes...

"Du temps où "Dominique" sympathisait encore avec "François", les deux couples ne se fréquentaient pas. S'ils ont dîné trois ou quatre fois ensemble, c'est bien tout. Ils appartiennent, c'est vrai, à la même génération, mais pas tout à fait au même milieu. "Strauss" et surtout son épouse, la journaliste Anne Sinclair, sont riches. Ils se sont rencontrés sur le tard - deuxième mariage pour elle, troisième pour lui - et vivent sur un grand pied à la tête d'une famille recomposée de six enfants. L'appartement parisien qu'ils occupent, le riad luxueux qu'ils possèdent à Marrakech leur valent d'incarner la "gauche caviar", cette formule lapidaire inventée dans les années 80. Anne entretient avec l'argent un rapport décomplexé et parfois maladroit.

Ségolène, arrivant à la gare de Poitiers le dimanche du premier tour, peut traverser plusieurs wagons pour descendre devant les caméras d'une voiture de seconde classe alors qu'elle vient de voyager en première. Anne Sinclair, pendant la campagne interne au PS, se rendait en Jaguar à la rencontre de la presse pour vanter les qualités d'homme de gauche de son mari...

C'est d'ailleurs elle qui, avec une partie des 1,86 million d'euros d'indemnités de licenciement obtenues de TF1 devant les prud'hommes, et une part de l'héritage de son grand-père, Paul Rosenberg - un grand marchand d'art de l'entre-deux-guerres -, a doté l'équipe DSK des quelques outils qui font les présidentiables : bureaux au coeur de Paris, sites Internet et enquêtes d'opinion. Elle le soutient sans faille, en véritable groupie, certaine de lui apporter sa vision de cette France profonde qu'elle appelle, en star du petit écran, le "grand public".

Ségolène, elle, parle du "peuple". Il y a comme une incompatibilité sociale et psychologique entre les deux couples, entre les deux femmes - Anne, son enfance américaine, ses bijoux et ses tenues haute couture ; Ségolène, son côté "tradi" et économe de fille d'officier... (...) Ségolène a toujours entendu François évoquer d'un air pincé ces strauss-kahniens qui naviguent entre la pub et les milieux d'affaires, "sans scrupules et capables de tous les mauvais coups"."

La femme fatale, de Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin, Albin Michel.

 

N.B. : Il faudrait arrêter de parler de DSK. Il faudrait parler du couple SKS, tant leur destin semble mêlé, leur volonté de conquérir ensemble le palais de l'Elysée grande.

SKS à l'Elysée, ce serait l'avènement de la gauche foie gras au plus haut sommet de l'Etat. On y donnerait en permanence de grandes réceptions où le champagne coulerait à flots...