Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2012

Philosophie de la corrida

"Il est possible qu'un jour vous et vos amis gagniez et que la corrida soit interdite. Ne vous réjouissez pas trop vite ce jour-là. J'espère être mort ce jour-là mais ne vous réjouissez pas trop vite. L'humanité n'a pas à y gagner grand-chose. Et l'animalité peut y perdre.

Que restera-t-il pour peupler les rêves de l'humanité de son autre qu'est l'animal, de son autre parfois redoutable, parfois nuisible, parfois admirable, lorsqu'il ne restera plus pour peupler ses rêves que des chats sur des moquettes à qui on aura coupé les ongles et coupé les couilles et que la seule relation que les hommes noueront dans nos chaumières - pas en Afrique pas là où l'on sait encore ce qu'est l'animal redouté ou l'animal nuisible - que restera-t-il des rêves de l'humanité... vous les aurez appauvris, la corrida est un des lieux où se joue encore un rapport réel, risqué, humain avec l'animalité."

Francis Wolff, philosophe, professeur à l'Ecole normale supérieure

 

F_Wolf(3).jpg

12:41 Écrit par marronnier dans Radio | Tags : francis wolff, corrida, philosophie, france culture | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |