Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/08/2012

Mon dîner avec Amélie Nothomb

amélie nothomb,olivier cadiot,france inter,haïku

France Inter, Dieu seul sait pourquoi, organise le concours du meilleur haïku. A la clé : un dîner aux chandelles avec Amélie Nothomb. Adorant les dîners, et adorant Amélie Nothomb (en fait, je la hais), j'ai décidé de participer à ce concours, ici même. Et, pour être sûr de gagner, j'ai décidé de recopier un haïku d'Olivier Cadiot - tiré de son roman Un nid pour quoi faire (POL) -, le meilleur haïkiste du monde, et de l'univers, et de la planète.

 

Oxygène blanc

Je vole

air

Pensées hachées

239 m/s

On dure en l'air.

 

Alors, Amélie, qu'est-ce que tu dis de ça ?

J'ai gagné, hein ?

Alors, on dîne où ? tu m'invites, au moins ? Tu es riche, tu peux bien m'inviter. Dans un grand restaurant, j'espère ? tu viendras avec ton chapeau ? tu m'embrasseras, au dessert ? sur la bouche ? tu m'inviteras à boire un dernier verre chez toi, après ? Chez moi, si tu veux. Je t'offrirai un verre d'eau.

Ah je sens qu'on va passer une bonne soirée, Amélie et moi, j'aurais préféré gagner un dîner avec une autre écrivaine, plus jolie, plus femme, plus érotique, avec Anaïs Nin, par exemple, mais Anaïs Nin n'est plus de ce monde, hélas, je ne dînerai jamais avec elle.

Je dînerai avec Amélie Nothomb, c'est déjà bien, j'espère qu'elle viendra avec son chapeau (et sans culotte).

 

(photo)

04/11/2011

Il y a trop de femmes dans les tours

france info,france inter,europe 1,féminisme

Il serait temps qu'elles laissent leur place aux hommes, qu'elles leur ont dérobé et qu'elles doivent maintenant leur rendre sans protester comme on rend une voiture volée à son propriétaire. Qu'elles comprennent que leur présence n'est pas indispensable dans les salles de rédaction. (...)

Elles sont la honte de la profession. Elles sont prêtes à tout pour un scoop. Elles coucheraient avec un vampire, pour un entretien avec un vampire. (...) Rien ne les détournera de leur objectif, qui est d'envahir les salles de rédaction, et de mettre la main sur l'actualité. Elles ne laisseront personne annoncer les mauvaises nouvelles à leur place. Elles ont déjà fait main basse sur la matinale de France info le week-end. Une a même l'audace de présenter la revue de presse dominicale. Si on ne fait rien, dans trente ans, elles auront trusté tous les postes. Il ne restera plus un homme dans les couloirs de France inter, et Europe 1 sera un nid à gonzesses. (...)

08/07/2011

Bruce tout mou sur Europe 1

poker_0004_poker04.jpg

Il va débarquer sur Europe 1 avec ses grosses joues, ses grosses cuisses, et son gros ventre. Avec sa vraie gentillesse et sa vraie mollesse. Europe 1 a choisi un type mou pour réveiller les auditeurs. Bruce Toussaint est un bon gros bonbon tendre, un chamallow. Comment réveiller les gens avec un chamallow ? Comment donner la pêche avec une guimauve ?

Ce n'est pas avec un somnifère qu'on réveille les gens. Or Bruce Toussaint est un somnifère, un tranquillisant, un calmant. Une dose de Bruce Toussaint, et vous plongez dans un sommeil profond. A cause de lui les auditeurs vont arriver en retard à leur travail. Le radio-réveil sonnera, Bruce Toussaint dira une phrase, et ils se rendormiront aussitôt. Ils ne réussiront à se lever qu'en éteignant le poste. Une fois la radio branchée sur Europe 1 ils devront lutter pour ne pas se rendormir. Ils seront obligés de boire des litres de café pour rester éveillés. Ils consommeront des oranges et des kiwis pour leur apport en vitamine C. Pour ne pas s'écrouler de fatigue en entendant le son de sa voix.

Sur Canal +, où il présentait naguère la matinale, on pouvait se raccrocher à autre chose, la couleur de sa chemise bleue ou la forme de la table. On pouvait regarder sa coiffure. On était distrait par les cheveux blonds de Stéphanie Renouvin qui présentait le journal, sa bouche en forme de O, ses yeux bleu pervenche. On était fasciné par les grosses lunettes de Marie Colmant. L'émission manquait de rythme, ronronnait comme un chat siamois, menaçait de s'arrêter à tout moment comme une voiture qui tombe en panne d'essence sur l'autoroute, mais au moins on pouvait regarder le décor ou les jambes de Caroline Roux.

A la radio on sera bien obligé de l'écouter. Ce sera aussi douloureux qu'un viol collectif, ou un coup de couteau dans le dos. On subira le timbre de sa voix ordinaire, banale, désagréable comme une nuit dans un cachot. On espérera les pages de pub comme une délivrance. On ne regrettera pas la voix insupportable de Fogiel, mais avec lui on n'aura pas gagné au change. Il a la voix de quelqu'un qui a mangé un croissant au beurre. On subira sa voix pleine de graisse.

Le seul point positif, c'est qu'on ne verra pas sa grosse tête de faux Italien qui mange des pâtes à la sauce tomate.

Qu'est-ce qu'il croit, ce gros bonbon tendre ? Qu'il va rebooster les audiences d'Europe 1 ? Mais avec un mollasson pareil même France info passera pour une radio nerveuse et pêchue. Comparé à Bruce Toussaint François Lepage est un présentateur survolté. François Lepage qui n'est pourtant pas un foudre de guerre. Il présente souvent le journal de 14h sur France info pour mieux nous accompagner dans notre sieste.

Bruce Toussaint n'est pas fait pour la radio, comme Jean-Jacques Bourdin et Patrick Roger. Jean-Jacques Bourdin écoutait déjà RTL dans le ventre de sa mère. On lui a injecté des ondes dans les veines à l'âge de deux ans. Il a réalisé son premier reportage pour France Bleu Roussillon à cinq ans. Quant à Patrick Roger. Il est né avec un micro dans la main. Il interviewait déjà les passants à l'âge de trois ans. Bruce Toussaint n'a pas ce background. Il a reçu son premier poste de radio à quinze ans pour son anniversaire. A part un stage à Radio Mont Blanc où il a réalisé des reportages qui n'ont jamais été diffusés, il n'a aucune expérience significative.

On n'entend pas ce qu'il dit. Il n'arrivera pas à captiver les gens qui écoutent la radio le matin en buvant leur café au lait. Ils seront obligés de coller l'oreille au transistor, ou de changer de fréquence. Avec lui les auditeurs d'Europe 1 écouteront France inter. A ses côtés tous les journalistes de la matinale vont mourir d'ennui. Le rythme de l'émission sera si lent que leur coeur s'arrêtera de battre en pleine chronique. Il faudra appeler les pompiers pour réanimer Michel Grossiord et Brigitte Béjean.

Avec Bruce Toussaint le matin, et Michel Drucker à onze heures, cette radio sera aussi animée que les rues de Dijon au mois de novembre, aussi morne qu'un jeudi de l'Ascension dans une chambre d'hôtel de Roubaix, ou un lundi de Pâques dans une rue piétonne de Châteauroux après avoir visité le Mémorial de Caen le matin, aussi triste qu'un enterrement un jour de pluie, un lundi après-midi, à la Toussaint, dans un village reculé de la Beauce, ou du Berry, et aussi chiante qu'une émission de Stéphane Paoli sur France inter ou une intervention de Nicolas Bazire sur France info. Et même, ce qui constituera un record mondial en la matière, encore plus emmerdante qu'une chronique d'Hubert Reeves sur France Culture.

A côté de la matinale présentée par Bruce Toussaint, les chroniques dominicales de Michel Serres sur France info, passeront pour un grand moment de rigolade.

 

(photo)