Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2011

Fabius bouge encore

laurent fabius,élection présidentielle,itélé

Il était déjà ministre en 1981. Il a été Premier ministre de Mitterrand de 1984 à 1986. Président de l'Assemblée nationale deux fois, ministre du gouvernement Jospin, candidat à la primaire socialiste en 2006. On aurait pu croire que c'était fini, terminé. Eh bien non. Il est là. Comme au premier jour. Il n'a pas renoncé au pouvoir. Son ambition est intacte. Il attend son heure.

Il était mardi l'invité d'Elysée 2012 sur i-Télé.

Il est encore là. On ne parle pas beaucoup de lui, mais il est là. Il ne va pas lâcher l'affaire comme ça.

Il soutient Strauss-Kahn pour obtenir un ministère.

Il rêve de retourner à Matignon, 26 ans après, ce qui constituerait un record.

Il est prêt à accepter n'importe quel ministère, même un secrétariat d'Etat, mais il préférerait être ministre de la Justice, des Finances, ou de l'Intérieur.

Il attend sa prochaine affectation avec impatience.

Il rêve de Matignon, ou de Bercy.

Ou pourquoi pas de remplacer Juppé au Quai d'Orsay.

La vengeance est un plat qui se mange froid. Pour lui c'est un plat qui se mange surgelé.

Il est encore là. Il n'est pas parti.

Vous reprendrez bien un peu de Fabius ?

 

(photo)

23/11/2010

Moscovici sur i-Télé, c'est bien la preuve qu'Audrey Pulvar devait partir

LA FEMME DU BOULANGER.jpg

Ce soir Pierre Moscovici était l'invité d'i-Télé à 19h30, heure à laquelle officiait Audrey Pulvar dans feu son émission (supprimée) Audrey Pulvar Soir. A ceux comme Guy Birenbaum qui pensent qu'elle pouvait rester à l'antenne, je réponds ceci : pouvait-elle interroger Pierre Moscovici, un des candidats aux primaires du PS, alors que Mlle Pulvar est la compagne d'Arnaud Montebourg, lui-même candidat à ces mêmes primaires ?

Et quand bien même il ne serait pas candidat, Moscovici (il l'a encore répété ce soir) soutient la candidature DSK à la présidentielle... Il ne serait candidat que si DSK n'y allait pas. Bref, il participe directement ou indirectement aux primaires. Il est donc un concurrent direct de Montebourg. Et donc je trouve anormal qu'une journaliste puisse interroger "l'adversaire" de son Jules. Il y a un truc qui me gêne (ça s'appelle pas un conflit d'intérêts ?). 

Et puis surtout. Si Moscovici est invité sur i-Télé, Montebourg est en droit de demander le même traitement. Au nom de la parité. Et alors là, on fait quoi ? Pulvar est bien obligée de céder sa place à un(e) autre journaliste. Elle ne peut quand même pas interroger son Jules ! Elle est donc obligée de s'effacer. Le plus simple c'était donc qu'elle laisse sa place.

Et puis en sortant avec un politique, elle savait à quoi s'attendre. Elle avait qu'à sortir avec un boulanger, il lui aurait fait du bon pain, et elle aurait gardé son boulot !