Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2011

La chute de la maison Europe 1

alexandre bompard,fogiel,nicolas demorand,morandini,denis olivennes,europe 1

Europe 1 en ce moment, ça me fait penser à la chute d'un régime. La chute du régime Bompard. Le Président s'écroule, et tout s'écroule avec lui. Il entraîne tout le monde dans sa chute. Comme dans le jeu des dominos. Bompard fait tomber Fogiel qui fait tomber Demorand qui fait tomber Morandini. C'est l'effet boule de neige. Après lui, le déluge. Départs en cascade. Panique à bord. Europe 1, c'est le Titanic. Le capitaine Fogiel s'en va au moment où le bateau Europe 1 tangue. La dernière vague de sondages est mauvaise pour la station de la rue François 1er. Europe 1 baisse, Europe 1 coule. C'est le moment que choisit le courageux Fogiel pour mettre les voiles. Sa fuite fait penser à celle de Ben Ali. Il n'attendra même pas la fin de la saison pour partir. Non, il part fin mars. Pratiquement du jour au lendemain. Et il entraîne dans sa chute sa garde rapprochée. Guy Carlier, Stéphane Blakowski...

Nicolas Demorand ne sait pas nager. Lui aussi préfère prendre le large avant que le navire Europe 1 ne sombre définitivement au fond de la mer. De plus, le nouveau commandant de bord, Denis Olivennes, l'avait à l'oeil. Il voulait sa peau. Un jour ou l'autre, il l'aurait balancé à la mer. D'où la fuite de Demorand vers le journal Libération. De toute façon, il ne serait pas resté. Cet agrégé de philosophie marxiste ne serait pas resté sur une radio du groupe Lagardère. Il ne reste jamais longtemps dans le privé, Demorand. Il a tenu huit mois à i-Télé et six mois à Europe 1. Bien sûr il ne quitte pas Europe 1, où il était très bien payé, pour l'argent. Il ne rejoint pas Libération uniquement pour des raisons financières. Demorand est un journaliste de gauche qui rejoint un journal de gauche après avoir présenté les matinales de France Culture et France Inter, radio classées à gauche. Mais il ne crache pas sur l'argent (son frère Sébastien vu dans Master Chef sur TF1 non plus). Nicolas Demorand est un mercenaire, un chasseur de primes.

Comme son remplaçant Nicolas Poincaré. Qui après avoir été reporter sur France info n'a pas hésité à se vendre à TF1 dans le cadre du magazine Sept à Huit, puis à RTL, avant de revenir à France info.

Alexandre Bompard est une erreur de casting, une fausse valeur, un patron surcoté. Il est présenté comme un homme pressé, à qui tout réussit. Il a surtout été pressé de saboter Europe 1. Bompard fut le pire président de l'histoire d'Europe 1. Pire qu'Elkabbach qui avait pourtant mis la barre très haut. C'est quand même lui qui a eu l'idée folle de confier les rênes de la matinale à Fogiel. Mais Fogiel est un clown, un bouffon. On ne confie pas une tranche d'informations aussi sérieuse à un pitre. C'est comme si on avait confié le journal de 20h à Michel Drucker. C'est une faute d'avoir confié la matinale d'Europe 1 à un type aussi nul. D'ailleurs RTL, à qui il avait proposé ses services matinaux, n'en a pas voulu. Il est vraiment trop faible. Il ne méritait même pas de présenter la matinale de Sweet FM.

C'est quand même lui qui a fait revenir Drucker, débauché Nagui, élargi l'émission de Morandini, et recruté Alexandre Delpérier. Ca fait beaucoup d'erreurs pour un seul homme. Avant de partir et de laisser derrière lui un champ de ruines, il a quand même su rectifier le tir. Il a mis en place une grille de la dernière chance. Demorand le soir à la place de Drucker relégué le samedi. Michel Field en début d'après-midi. Et surtout, et c'est là son meilleur coup, un coup de génie, il a foutu Pierre-Louis Basse le soir à 20h à l'heure où toutes les autres radios jouent la carte du sport. Bienvenue chez Basse est d'ailleurs la seule émission dont l'audience progresse. 

La fuite du ministre de l'information Demorand a bousculé le calendrier. Le général Olivennes se voit contraint d'organiser une rentrée anticipée comme des élections. Le mercenaire Poincaré reprend les manettes de la tranche du soir dès le 1er mars. Le directeur de la rédaction Patrick Roger remplace Morandini à midi. Morandini dont Olivennes aurait bien coupé la tête, mais il a un CDI. Il lui laisse son émission sur les médias. Autant dire des miettes...

J'ai l'impression que ce n'est pas fini. Que d'autres têtes pourraient tomber d'ici la rentrée prochaine. Ce guignol de Nagui pourrait sauter, ainsi que cette pouf de Faustine Bollaert.

Mais le plus gros chantier reste la matinale. Qui pour remplacer l'agité du bocal Fogiel ? Qui pour redonner un peu de crédit à cette tranche sinistrée ? Qui pour redresser la barre ?

Mais un homme de radio, bordel. Un type qui a bouffé du micro toute sa vie. Un type à l'aise, qui a de la bouteille, de l'aisance. Pitié pas Guillaume Durand qui s'écoute parler, ni Stéphane Paoli, trop policé. Mais depuis 15 ans sur France info, Olivier de Lagarde réunit toutes ces qualités. Le hic, il présente le 19-21 sur France info, et Olivennes leur a déjà piqué Poincaré, alors je les imagine mal à France info lâcher de Lagarde comme ça. Sinon, il y a Alain Bédouet sur France inter, mais il présente Le téléphone sonne. Et s'il se barre, qui va décrocher le téléphone ?

C'est le grand nettoyage de printemps. Que Denis Olivennes en profite pour balayer les vieux cons de la station : Elkabbach, Drucker, Dominique Souchier... Europe 1 n'est pas une maison de retraite, un hospice pour vieillards. Ni pour vieilles. Il est temps que Julie prenne sa retraite. Fogiel, Drucker et Morandini, dont elle a été l'ignoble complice, s'en vont, alors qu'elle en profite pour s'en aller avec eux.

Et Jacky Gallois, animateur arrivé sur Europe 1 en 1983, qu'il s'en aille aussi. Qu'il fasse ses valises. Sa présence sur Europe 1 n'a que trop duré. Il est temps de le licencier. Je n'ai jamais pu m'habituer à sa voix d'animateur de bal populaire. J'espère que Denis Olivennes mettra un terme à son contrat. Qu'il aille lancer des disques sur une radio musicale. Pour lui l'heure de la retraite n'a pas encore sonné. Il n'a qu'à finir sa carrière sur Cocktail FM.