Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/08/2011

Ne pas jeter les Roms sur la voie publique

pelouse_interdite.jpg

Cet imbécile qui pleure parce qu'on a expulsé les Roms du dépotoir où ils avaient élu domicile au risque de polluer les alentours.

- Encore un défenseur des droits de l'homme.

Un responsable d'une association pour le droit au logement, le droit à la nourriture, le droit aux allocations, et j'en passe et des meilleurs. Et pourquoi pas le droit à pisser sur les pelouses pendant qu'il y est. Je suis d'accord avec lui. Ces gens ont tous les droits, y compris celui de quitter notre pays avec un coup de pied au cul. Je suis désolée, mais je n'ai pas le sens de l'hospitalité. Je ne reçois déjà pas ma belle-mère, ce n'est pas pour recevoir ces Romanichels.

Si vous êtes contre cette expulsion, que vous trouvez profondément choquante et particulièrement inhumaine, vous pouvez toujours les accueillir chez vous. Leur faire une grande place dans votre jardin. Les inviter à utiliser la douche, afin qu'ils sentent moins mauvais. Pour ma part, et même si je n'ai rien contre les Roms, ni d'ailleurs contre les Arabes, je n'ai pas envie qu'ils transforment mon jardin en porcherie. Et puis, je tiens à mes meubles. Je n'ai pas envie de rentrer un soir, et d'être obligée de m'asseoir par terre. De plus, je n'ai pas les moyens de me racheter une télé et une chaîne.

- Ils m'ont déjà volé des poules, alors pourquoi pas du matériel hi-fi.

Hier, à la caisse du Leclerc où je fais mes courses, il y avait un Gitan devant moi. Il a payé par chèque. Sûrement un chéquier volé, ou alors un chèque en bois. Pour une certaine population, on devrait exiger le paiement en liquide. Il y a toujours le risque que les billets soient faux, mais c'est peu probable. Car cet argent sera forcément le produit d'un vol. Ils l'auront piqué dans le sac d'une vieille, et les vieilles se baladent rarement avec des faux billets. On peut aussi leur interdire l'entrée du magasin. On interdit bien l'entrée aux animaux.

Je suis d'accord pour dire que l'expulsion ne sert à rien. Parce qu'ils vont revenir. On ne fait que les déplacer. Ils vont d'une déchetterie à une autre. On pourrait leur proposer de s'y installer définitivement. Ils seraient bien au milieu des ordures. Mais ils prendraient trop de place, et l'odeur serait encore plus insupportable. On ne peut même pas les balancer dans une benne avec les machines à laver, elles sont déjà pleines. En fait, il faudrait songer à une solution plus radicale, mais une fois qu'ils sont morts, qu'est-ce qu'on fait.

On ne peut pas les enterrer, aucun cimetière n'acceptera de les recevoir. Les jeter à la mer ? Ce serait prendre le risque de troubler l'écosystème et de polluer définitivement les fonds marins. Les brûler ? La fumée noire dégagée par la combustion des corps serait nocive pour l'environnement.

- On ne va pas se mettre les Verts à dos.

On pourrait les donner à bouffer aux requins. Mais il n'y en a pas sur les côtes françaises. Et puis rien ne dit qu'ils en feraient leur festin. Ils aiment la chair fraîche, ils leur trouveraient sans doute un goût bizarre. Ils les recracheraient après la première bouchée. Pour eux, rien ne vaut la viande blanche. Une bonne cuisse d'Américain, ou d'Australien. A mon avis, ils n'ont même pas touché à Ben Laden.

On ne peut même pas les vendre comme un joueur de foot, car ils n'ont aucune valeur marchande. Qui voudrait d'un gardien rom dans son équipe ? Qui voudrait d'un attaquant bohémien ? Non seulement il ne marquerait aucun but, mais en plus il volerait les tenues de ses coéquipiers dans les vestiaires.

Il va bien falloir trouver une solution. On n'a qu'à téléphoner à leurs parents. On téléphone bien aux parents quand leurs enfants ont volé dans un supermarché. Mais les Roumains ne voudront jamais venir les récupérer. Ils sont pourtant responsables de leurs déchets. C'est à eux de trier leurs ordures. Peut-être qu'en Roumanie ils n'ont pas encore entendu parler du tri sélectif. Qu'ils laissent traîner leurs poubelles n'importe où. Alors ils font pareil avec les Roms. Mais je suis désolée. La France n'est pas la poubelle de la Roumanie. Ni d'ailleurs les autres pays européens.

Vous trouvez que ma comparaison avec les ordures ménagères est un peu osée. Peut-être, mais je n'en ai pas trouvé d'autre. Vous jugez mes propos outranciers, et parfaitement dégueulasses. Vous n'êtes pas raciste comme moi.

- Comme mon père, mon grand-père, mon mari, et mes enfants.

Vous êtes un saint. Saint Pierre, saint Paul, saint Jean. Vous vous intéressez au sort des déshérités, et vous révoltez qu'on puisse encore dormir dehors et mourir de faim dans un pays comme la France au XXIe siècle. Mes propos vous dérangent comme la radio que votre voisin écoute à fond matin et soir. Vous voudriez me faire taire, me faire un procès. Vous n'aimez pas les jolies femmes qui crachent sur les sans-papiers. Vous estimez sans doute que la solution de la benne n'est pas la bonne, mais on y jette bien des frigos, des poussettes, des matelas, alors pourquoi pas des Roms.

- Les gens sont comme les objets, quand ils ne servent à rien, il faut s'en débarrasser.

 

(photo)

08:00 Écrit par marronnier dans Fiction, Société | Tags : roms, gitans, racisme, écologie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

02/03/2011

Galliano, j'adore !

john galliano,dior

Il faut arrêter avec John Galliano. Ce ne sont que les propos de quelqu'un sous l'emprise de l'alcool, et sous l'effet de drogues, de médicaments. Et ce même s'il pense sans doute ce qu'il dit, tant il paraît que l'on dit ce qu'on pense quand on est bourré. Mais c'est un artiste, bordel de merde, un génie ! Et les génies, par définition, sont complètement barrés, sinon ils seraient normaux, bien dans les clous, bien peignés comme les deux François, Fillon et Baroin. Si Galliano n'était pas génial, il s'appellerait Julien Courbet, ou David Pujadas. Ou Pierre Bellemare. N'attendez pas le moindre dérapage verbal de la part de Pierre Bellemare. N'attendez pas le moindre écart de langage de la part d'Elise Lucet. Si le monde n'était peuplé que d'Elise Lucet et de Nicolas Beytout, on s'emmerderait à mourir.

John Galliano est peut-être antisémite, mais il est avant tout un artiste ouvert sur le monde qui aime les nomades et le multiethnique. Alors, camembert, et que tous ceux qui lui tombent dessus, qui lui crachent à la figure, qui s'offusquent de ses propos comme Claude Askolovitch toujours prompt à hurler avec les loups et à enfiler les clichés et les lieux communs comme des perles, balayent devant leur porte...

Quant à Bernaud Arnault, c'est un faux-cul qui se fout des artistes comme de son premier costume gris en flanelle, tout ce qui l'intéresse c'est l'image de Dior.

Ben moi l'image de Dior, franchement, je m'en fous comme de l'été 1976. Dior, mon cul ! Vuitton, mes fesses ! Moi je préfère le cul d'un artiste, les fesses d'un génie, même si comme dirait l'autre elles ne sont pas très propres...

 

(photo)